Prix Nouvelles voix du polar 2020

EDIT !

La remise des prix de la Nouvelle Voix du Polar 2020 a eu lieu le 9 septembre dernier à Paris, après de longs mois de lecture et de délibérations de libraires d’abord, des lecteurs ensuite…

Le Prix pour le meilleur polar français a été attribué à Antoine Renand pour L’Empathie. Je ne vous cache pas que je n’avais aucun doute sur ce résultat… c’est celui pour lequel j’avais voté et j’avais eu un véritable coup de coeur pour ce polar glaçant au rythme haletant et aux personnages profonds et implacables ! L’auteur n’a pas son pareil pour créer un univers qui nous plonge dans la noirceur humaine…

Le Prix pour le meilleur polar étranger à quand à lui été attribué à Ilaria Tuti pour son roman Sur le toit de l’enfer. Un prix largement mérité également même si je vous avoue que j’avais voté pour son concurrent, 1793 de Niklas Natt och Dag, qui m’avait époustouflée par son immense travail de recherches et d’écriture et m’avait totalement immergée dans la Suède noire du XVIIIème siècle.

Je suis ravie et très fière d’avoir reçu cette semaine un e-mail des Editions Pocket m’informant de ma sélection au jury du prix Nouvelles voix du polar 2020 et, quelques jours plus tard, un colis dans ma boîte aux lettres contenant les livres des quatre finalistes !

Pour la quatrième année consécutive, les Editions Pocket récompensent un roman français et un roman étranger en septembre de chaque année (l’édition 2019 a vu récompenser le suisse Marc Voltenauer pour son deuxième roman Qui a tué Heidi ?) . Ce sont d’abord les libraires qui sélectionnent les finalistes parmi une liste de romans (deux français et deux étrangers), qui sont ensuite soumis à une sélection de lecteurs qui votent pour leurs préférés.

Je vous présente les finalistes de l’éditions 2020 :

L’empathie

Antoine Renand / France / 496 pages / 2020

Vous ne dormirez plus jamais la fenêtre ouverte.

« Il resta plus d’une heure debout, immobile, face au lit du couple. Il toisait la jeune femme qui dormait nue, sa hanche découverte. Puis il examina l’homme à ses côtés. Sa grande idée lui vint ici, comme une évidence ; comme les pièces d’un puzzle qu’il avait sous les yeux depuis des années et qu’il parvenait enfin à assembler. On en parlerait. Une apothéose. »
Cet homme, c’est Alpha. Un bloc de haine incandescent qui peu à peu découvre le sens de sa vie : violer et torturer, selon un mode opératoire inédit.
Face à lui, Anthony Rauch et Marion Mesny, capitaines au sein du 2e district de police judiciaire, la « brigade du viol ».
Dans un Paris transformé en terrain de chasse, ces trois guerriers détruits par leur passé se guettent et se poursuivent. Aucun ne sortira vraiment vainqueur, car pour gagner il faudrait rouvrir ses plaies et livrer ses secrets. Un premier roman qui vous laissera hagard et sans voix par sa puissance et son humanité.

Bleu Calypso

Charles Aubert / France / 336 pages / 2020

Niels Hogan, quarantenaire bourru, a rompu les amarres. Profitant d’un plan social, il s’est installé – comme l’auteur – dans une cabane de pêcheurs au sud de Montpellier, où il vit de sa nouvelle activité d’artisan : il fabrique des leurres pour la pêche au bar.

La vie simple, la douceur du temps, l’ermite n’a qu’un ami, son voisin, Vieux Bob, lui aussi en rupture, qui attend la visite de Lizzie, sa fille, journaliste.

A l’occasion d’une partie de pêche, Niels découvre un cadavre. C’est le premier d’une longue liste de noyés. D’abord suspecté, Niels remonte l’enquête avec Lizzie.

Sur le toit de l’enfer

Ilaria Tuti / Italie / 432 pages / 2019

« Les tueurs voient l’enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs… »

Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages… et ses vêtements ensanglantés.

Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s’en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut…

1793

Niklas Natt och Dag / Suède / 528 pages / 2020

1793. Le vent de la Révolution française souffle sur les monarchies du nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable. Rumeurs de conspirations, paranoïa, le pays est en effervescence. C’est dans cette atmosphère irrespirable que Jean Michael Cardell, un vétéran de la guerre russo-suédoise, découvre dans un lac de Stockholm le corps mutilé d’un inconnu. L’enquête est confiée à Cecil Winge, un homme de loi tuberculeux. Celui-ci va bientôt devoir affronter le mal et la corruption qui règnent à tous les échelons de la société suédoise, pour mettre à jour une sombre et terrible réalité.

Je me réjouis de me plonger dans ces quatre livres, très différents mais qui me donnent tous très envie, et de vous faire découvrir mes lectures par des chroniques détaillées, et peut-être partager ensemble sur cette sélection ?

A très vite (j’ai de la lecture!)


Laisser un commentaire


Articles similaires