Mon territoire

Tess Sharpe

Editions Pocket / 2020 / 590 pages

Depuis ‘Winter’s Bone’, on n’avait pas croisé d’héroïne aussi fascinante, émouvante, inoubliable que Harley McKenna.

Ce roman magnifique signe la naissance d’une auteure de grand talent.

Harley McKenna naît avec le poids des choix de ses parents qui pèsent déjà lourd sur ses épaules. C’est une McKenna et c’est inscrit dans ses gênes. Quand à 8 ans elle assiste à la mort violente de sa mère, c’est le commencement d’une construction déterminée par son père dont elle découvre peu à peu le vrai visage, le début d’un combat contre sa propre nature qu’elle défie, qu’elle mènera toute sa vie, tentant de trouver sa voie dans un destin déjà écrit.  

On découvre dans ce roman haletant les différentes facettes que peut prendre l’amour. Si violent parfois, par peur, par défi, pas toujours par choix, mais aussi tendre et intense, passionnel, des amours évidentes et éternelles. Pour moi, et cette réflexion m’a surprise moi-même, c’est l’amour qui plane et nous imprègne tout le long de cette histoire implacable et violente. Et puis l’espoir. D’un monde meilleur évidemment, que la loi du plus fort ne suffise plus, qu’on puisse s’affranchir de ses chaînes quelles qu’elles soient, mais aussi l’espoir qu’on peut devenir ce qu’on a choisi, même au prix de nombreux sacrifices.  

Les femmes sont le pilier de ce roman. Les femmes avec un grand F, dont la force insoupçonnée se dévoile dans les moments inattendus. La solidarité inégalée entre filles, sœurs, mères, amies qui se soutiennent coûte que coûte et construisent un fort contre le monde entier, si dur et injuste parfois. Une sororité unique, parfois rude et directe mais indispensable dans ce monde, que Tess Sharpe dépeint avec une justesse parfaite.

La fille de huit ans en moi veut s’enfuir en courant.

L’adolescente de quinze veut l’affronter.

La fille de dix-huit ans, attaquerait, tirant sans peur.

Mais j’ai près de vingt-trois ans, et j’ai déjà été toutes ces filles. J’ai commis leurs erreurs, et j’ai appris leurs leçons. Leur rage, je l’ai éprouvée.

Ça m’a endurcie. Et affûtée. Je suis plus intelligente. Je suis patiente.

J’ai beaucoup aimé la construction du roman. L’intrigue principale ne se déroule que sur quelques jours, quelques heures… mais l’auteure insère entre chaque chapitre au présent, un chapitre de la vie passée de Harley, pas forcément de manière chronologique, qui nous éclaire petit à petit sur son enfance et sur les événements qui l’ont construite, qui ont fait d’elle la femme qu’elle est. Plus lucide que jamais. Tess Sharpe a une écriture fluide, sophistiquée mais pas trop dense, ce qui permet de garder un rythme de lecture adapté à l’histoire (que j’ai dévorée il faut bien le dire). 

Il y a des thématiques qui fonctionnent à tous les coups avec moi, je dois l’avouer. Une héroïne forte et féministe qui s’affranchit de ses liens dans un monde où règnent la violence et la loi du sang : j’adore ça ! Ajoutez à cela une atmosphère à la Sons of Anarchy et me voilà comblée !

Une très très bonne surprise avec ce roman déniché par hasard en librairie mais qui a pourtant été lauréat du Grand Prix des Lectrice Elle, catégorie policier, qui restera un vrai coup de cœur dont je me souviendrai longtemps. Vivement les prochains romans de Tess Sharpe.

Je deviendrai un murmure inquiet dans la nuit. Une rumeur que seuls les courageux viennent chercher. Une silhouette floue, dans les bois, qui protège les siens, qui garde la terre.

Note : 5 sur 5.

Laisser un commentaire


Articles similaires