Le Bureau des affaires occultes

Eric Fouassier

Le Livre de Poche / 2022 / 448 pages

Qui se cache derrière ce visage angélique où perce parfois une férocité déroutante ?

Qui est le chasseur, qui est le gibier ?

Dans la lignée des grands détectives de l’Histoire, de Vidocq à Lecoq en passant par Nicolas le Floch, un nouveau héros est né.

Paris, 1830. Une société encore instable qui voit se hisser au pouvoir les hommes d’affaires sirupeux de la monarchie de Juillet du XIXème et un peuple qui n’est pas encore sortie du cloaque moyenâgeux dans lequel il est embourbé depuis des siècles.

Le jeune Valentin Verne, inspecteur prometteur, se voit muté des Mœurs à la Sureté, brigade initiée par le fameux Vidocq, et confier une enquête sensible : le fils Dauvergne, issu de la haute société bourgeoise parisienne, semble s’être suicidé. Mais trop d’incompréhension entourent cette mort subite. Verne, présenté comme un jeune homme atypique : fortuné par son père, très séduisant, talentueux, intelligent, cultivé, cache ces qualités derrière une éternelle façade torturée et solitaire. Grâce à ses connaissances scientifiques, son intérêt pour l’ésotérisme et l’irrationnel, et à son sens pratique qui lui permettent d’appréhender ces crimes d’un genre nouveau qui utilisent la pointe des progrès scientifiques de l’époque, Verne ne tardera pas à assembler les indices autour de la mort du jeune Dauvergne et d’autres « suicides » similaires, le menant à un complot qui le forcera à faire face à son histoire personnelle et à se confronter à ses propres traumas.

Parallèlement à cette enquête menée de main de maître, et si notre inspecteur y est pleinement investi, il est sans répit, parallèlement, sur la trace d’un prédateur d’une autre espèce. Un pédophile qui se fait appeler le Vicaire et qui semble insaisissable. On sent très vite que ce n’est pas une simple enquête comme les autres pour Valentin Verne et qu’il semble obsédé par cette traque sans merci.

L’inconnu qui l’avait interpellé si rudement était un jeune homme de vingt-trois ans, en redingote grise, pantalon rayé à sous-pieds, haut-de-forme rabattu sur les yeux, une canne élégante à la main. Il avait les hanches minces et les épaules carrées. Son regard gris et acéré semblait une flamme ardente. Ses traits fins et délicats, d’une beauté singulière, presque douloureuse, pouvaient faire songer à une créature céleste qui se serait égarée ici-bas. Du moins, au premier coup d’œil. Car un examen plus attentif révélait, sous cette apparence éthérée, une dureté, une détermination aussi aiguisée que le fil d’une épée. On s’avisait alors que cet ange était de ceux qui portent un glaive et que la tension immobile perceptible dans toute sa personne l’apparentait à un fauve à l’affût.

On sent assez vite que l’auteur a écrit cette histoire en ayant déjà en tête les prochains tomes qui viendront répondre à certaines questions restées sans réponse. Le décor est planté. Et on en est très heureux car le personnage de Valentin Verne, qui attire facilement la sympathie, a de belles enquêtes devant lui à l’instar de son mentor Vidocq. L’ambiance sordide des bas-fonds d’une Paris du XIXème comme on l’aime tant, se fait le théâtre de rencontres où l’honneur et la vie des hommes sont mis en péril.

La reconstitution historique de l’époque est à souligner, les descriptions minutieuses de l’auteur étant particulièrement savoureuses dans ce climat de division politique. On croise dans les ruelles parisiennes sombres et malfamées le chemin de certains grands hommes de l’Histoire française comme celui des pires criminels de l’époque.

En bref un roman policier historique très agréable à lire – malgré quelques petites longueurs et certains traits un peu trop clichés des personnages, mais sans très grande importance – et qui nous donne juste l’impatience utile pour guetter le prochain tome.

La révolution de Juillet avait donné des idées d’émancipation à d’autres peuples, ce que le ministre autrichien Metternich avait récemment commenté d’un mot fameux : « Quand Paris s’enrhume, l’Europe prend froid ».

Note : 3.5 sur 5.

Laisser un commentaire


Articles similaires

Un commentaire sur “Le Bureau des affaires occultes

Les commentaires sont fermés.